Détail du produit

LES GENERATIONS

Code EAN13 : 9782344030820

Prix unitaire (TTC)

17.50 €



Disponible

Auteur: BIONDI FLAVIA

Résumé :

Parfois, le meilleur moyen d'avancer est de rentrer chez soi. Après trois années passées à Milan, Matteo rentre au pays avec pas mal d'appréhension. Il faut dire que son départ, provoqué par son coming out et une violente dispute avec son père, ne s'était pas passé de la meilleure des manières. Vivre dans une métropole urbaine comme Milan a été pour le jeune homme un changement radical, une expérience libératrice, loin de l'étroitesse d'esprit de la petite ville où il avait grandi.
Mais aujourd'hui, Matteo n'a plus le choix. Sans argent, sans travail, paumé comme tant d'autres " millennials " de sa génération, il doit rentrer à la maison. Ce retour aux sources sera pour lui l'occasion de se confronter à son passé et à ses peurs, mais aussi de découvrir pas mal de choses sur ses proches... et sur lui-même. Pour son premier ouvrage publié en France, Flavia Bondi nous livre les chroniques douces-amères d'un jeune homosexuel qui fait le point sur sa vie et ses difficultés à se faire accepter par son milieu d'origine.
Un livre tantôt léger, tantôt grave, profondément contemporain, et la révélation d'une jeune autrice à suivre.
Code EAN13 9782344030820
Auteur BIONDI FLAVIA
Éditeur GLENAT
Genre BD (Franco-Belge) - Actualité & Documentaires
Date de parution 11/03/2020
Support Relié
Description du format Version Papier
Poids 558 g
Hauteur 248 mm
Largeur 175 mm
Épaisseur 18 mm
Aucun événement lié à cet article

Agathe, libraire à Annecy :

Matteo à 20 ans, il rentre de Milan pour son bled paumé et sans intérêt. Trois ans se sont passés depuis que son père a découvert son homosexualité, trois ans se sont passés pour Matteo auprès de celui qui l’a aidé à faire son coming out et qui l’a finalement largué.
Retour à la case départ, au chômage, chez la vieille grand-mère qui vit à l’italienne avec ses trois filles et la cousine. Elles se tassent mécontentes pour lui laisser une place sur le canapé. L’ennui commence, à mourir, comme pour toute une jeune génération italienne sans job ni perspective d’avenir, entre le ménage, les émissions téléréalités débiles et la mauvaise humeur générale.
Tiens, on se croirait en confinement avant l’heure ?

Le temps s’étend, toujours plus long. Petit à petit il découvre que la cousine (enceinte et célibataire), et la tante B ont des secrets bien gardés.
Toutes ces femmes qui papillonnent autour de lui détiennent l’histoire de la famille à laquelle il n’a jamais prêté la moindre attention. Et puis il y a cet aide-soignant trop mignon qui l’emmène voir dehors et peut-être comprendre le monde autrement.

Petit à petit Matteo sort de son auto apitoiement. S’il veut rester il va falloir économiser le coût de l’infirmière à domicile, qu’il s’occupe du linge et de la mémé. Alors, il recommence à sortir dans les rues ennuyantes de son bled ennuyant et au regard de toutes ces petites gens ennuyantes qu’il avait cru fuir pour de bon. Loin de la frénésie de Milan, le temps s’étire sans autre alternative que cogiter. Petit à petit les confidences des uns et des autres lui font prendre conscience d’une chose fondamentale : c’est lui le looser.
Commence pour Matteo le difficile travail sur soi, le déplacement du regard que l’on porte sur nous puisque les cons c’est forcément les autres.
Très belle première BD.

Librairie auteur de la critique : Momie.fr