Détail du produit

LE CONVOYEUR - TOME 1 - NYMPHE

Code EAN13 : 9782803675753

Prix unitaire (TTC)

14.45 €



Disponible

Auteur: ROULOT TRISTAN

Résumé :

Un virus s'est répandu sur la terre. La "Rouille" s'est attaquée au fer, détruisant peu à peu les infrastructures, les véhicules, les outils,... Notre civilisation est revenue à l'âge de la pierre. Dans ce monde brutal, le légendaire Convoyeur incarne le seul espoir pour beaucoup de gens. Il accepte de remplir toutes les missions qu'on lui confie, quels qu'en soient les risques. En échange de quoi, les commanditaires doivent simplement manger un oeuf étrange...
Code EAN13 9782803675753
Auteur ROULOT TRISTAN
Éditeur LOMBARD
Genre BD (Franco-Belge) - Science-Fiction
Date de parution 26/06/2020
Support Broché
Description du format Version Papier
Poids 614 g
Hauteur 320 mm
Largeur 244 mm
Épaisseur 12 mm
Aucun événement lié à cet article

Quentin, libraire à Annecy :

Dans un futur pas si lointain la civilisation que nous connaissons c’est effondrée. Une bactérie en est la cause. Mais ce n’est pas une maladie qui ravage les êtres humains, non, c’est le fer qui en est la cible. Ce métal indispensable à notre technologie se retrouve complètement inutilisable et tout ce qui est basé dessus finit par s’effondrer. Et finalement, les humains sont ciblés aussi, la bactérie s’attaque au fer de leur sang et de leurs cellules et provoque des mutations diverses et variées.
Dans ce monde violent et dangereux le Convoyeur est un homme que rien n'arrête. Lorsqu’il accepte une mission il apporte son paquet à destination peu importe les obstacles sur sa route. Quant à son paiement, il demande seulement à ce que le commanditaire avale un petit œuf étrange aux effets inconnus.
Avec un dessin magnifique, déjà vue dans les westerns "Sykes" et "Texas Jack", les auteurs nous offrent une histoire prenante et des mystères fascinants dans un monde post-apocalyptique tissé avec brio.
Une série qui commence spectaculairement et qui promet une suite tout aussi géniale !
Librairie auteur de la critique : Momie.fr